Wagner, l’armée funèbre de Poutine

Wagner, l’armée funèbre de Poutine

La guerre qui sévit actuellement en Ukraine a fait ressurgir le nom d’une armée de l’ombre, Wagner.

Cette organisation a été fondée en 2012 sous le nom de Slavonic Corps Limited, par Dimitri Outkine. Ancien chef des forces spéciales au sein des renseignements militaires russes, c’est aussi un admirateur d’Hitler.

Dès 2013, un groupe de quelques mercenaires part se battre en Syrie aux côtés de l’armée de Bachar el-Assad. Mais leur nombre insuffisant et leurs équipements sommaires provoquent la fin de l’opération fin 2013. 

Tout change en 2015, lorsque des combattants sont envoyés dans le Donbass, territoire ukrainien bordant la frontière russe. L’organisation change alors de nom pour Wagner, en hommage au compositeur favori d’Hitler. Dans le même temps, elle est rejointe par Evgueni Prigojine, un riche oligarque russe, qui lui fournit des fonds. Ce proche de Poutine tient sa fortune de la Concord Catering, entreprise russe ayant co-financé l’Internet Research Agency, à l’origine de la déstabilisation de l’élection américaine de 2016. 

Aujourd’hui, le mouvement rassemble plus de 2500 hommes. Ils se concentrent essentiellement en Syrie, en Libye et en Centrafrique. Leur objectif est de s’étendre à tout le continent africain, en s’accaparant les ressources des pays et en soumettant les peuples, notamment par la torture. Les témoignages sont rares, tant la terreur est omniprésente. Dans chaque village, ils procèdent à un tri : tou.te.s les résistant.e.s doivent être éliminé.e.s. Un mercenaire expliquait : « Quand une offensive est menée, il y a un principe : on ne doit laisser aucun ennemi dans notre dos, même des ennemis potentiels. Si l’ordre est donné d’occuper un territoire […], il nous faut avoir aucun doute. […] On regarde partout, dans toutes les maisons. S’il y a des armes chez des gars, alors eux aussi doivent être éliminés ». Les civils sont torturés, massacrés. Suzanne, victime de viols par ces hommes, témoignait : « Ils ne sont pas venus pour nous sauver, mais bien au contraire. Ils sont chez nous pour nous faire souffrir, nous tuer et nous exterminer »2

Le groupe met en scène ses actions, notamment dans des vidéos de propagande. Ces images d’une extrême violence visent à recruter de nouveaux membres. Depuis sa création, plus de 10000 hommes ont rejoint ses rangs. Denis Korotkov, journaliste d’investigation, décrivait un de ces films : « Dans une vidéo, sur fond de musique joyeuse, on voit des gars enjoués […] munis d’une masse frapper un homme au sol. Ensuite, [on voit] comment ces hommes lui coupent les membres, comment ils le pendent la tête en bas et comment son corps est incendié »3

L’armée est hors de contrôle. Son statut d’organisation privée dédouane le Kremlin de toute implication de Poutine. Mais en réalité, c’est bien lui qui est à la manœuvre. En effet, les équipements et infrastructures mises à disposition de l’armée Wagner appartiennent au ministère de la Défense russe. De plus, le Times a révélé que 400 mercenaires venus d’Afghanistan se trouvaient actuellement à Kyiv. Leur but serait d’assassiner le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Mais leur présence en Ukraine à grande échelle reste peu probable, puisque l’armée russe s’y tient déjà. 

Si cette armée agit dans l’ombre, elle constitue une menace grandissante. La rareté des témoignages et des investigations parviennent difficilement à dessiner les contours obscurs de ce groupe. En 2018, trois journalistes russes ont été assassinés alors qu’ils travaillaient pour un site d’investigation anti-Wagnérien. 

Sources :

Thomas EYDOUX, “L’armée fantôme de Poutine : enquête sur les mercenaires russes Wagner”, Le Monde, publié le 04/04/2021, [en ligne], consulté le 08/03/2022. URL : https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiJ2bb9oMH2AhUPxYUKHRTBC_EQwqsBegQIBRAB&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DNl4cRvCnoVQ%26vl%3Dfr&usg=AOvVaw0KGEQKdno2sWQ5IJydJi8C

Raphaël GLUCKSMANN, “Wagner : l’armée fantôme de Poutine qui menace l’Afrique et veut assassiner le président Zelensky”, Instagram, publié le 02/03/2022, [en ligne], consulté le 08/03/2022. URL : https://www.instagram.com/p/CanPF8TLyoP/

Elie GUCKERT, “Le Groupe Wagner inquiète et interroge, en Occident comme en Russie”, Slate, publié le 21/02/2022, [en ligne], consulté le 11/03/2022. URL : https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiJ2bb9oMH2AhUPxYUKHRTBC_EQFnoECCgQAQ&url=http%3A%2F%2Fwww.slate.fr%2Fstory%2F223761%2Fpour-qui-roule-vraiment-groupe-wagner-mercenaires-russes-mali-nature-intentions-inquieter-occident-russie&usg=AOvVaw2qlHjppICU2U7p4fJ4LDr0

Alexandra JOUSSET, Ksenia BOLCHAKOVA, “Wagner, l’armée de l’ombre de Poutine”, France 5, diffusé le 20/02/2022, [en ligne], visionné le 10/03/2022. URL : https://www.france.tv/documentaires/politique/3140025-wagner-l-armee-de-l-ombre-de-poutine.html

Sonia LABESSE, “ENTRETIEN. Wagner, l’armée privée qui sert Poutine”, Ouest-France, publié le 09/02/2022, [en ligne], consulté le 10/03/2022. URL : https://www.ouest-france.fr/monde/mali/enquete-wagner-l-armee-privee-qui-sert-poutine-f4ef16ba-8ffe-11ec-867e-e61dd7e562f1

Audrey PARMENTIER, “Wagner, l’armée fantôme et illégale de Poutine”, Géo, publié le 01/03/2022, [en ligne], consulté le 08/03/2022. URL : https://www.geo.fr/geopolitique/wagner-larmee-fantome-et-illegale-de-poutine-208592

Photo : Filip Andrejevic via Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *