Trophées cinématographiques,    vers plus de récompenses pour les réalisatrices féminines ?

Trophées cinématographiques, vers plus de récompenses pour les réalisatrices féminines ?

En dépit de la crise sanitaire qui a continué de frapper le monde du cinéma en 2021, de nombreuses productions internationales et françaises, ont connu un véritable succès dans les salles obscures. Ces films ont su conquérir le cœur du public et ont aussi séduit les jurys des festivals cinématographiques. Festival de Cannes, Mostra de Venise ou encore Golden Globes, plusieurs grandes nominations de l’an passé et de cette année, ont été remporté par des femmes réalisatrices.

A l’occasion de la 74° édition du festival de Cannes en 2021, la réalisatrice et scénariste française, Julia Ducournau a reçu la palme d’or pour son film Titane. Pour certains, le scénario est dérangeant, pour d’autres, fascinant. Mêlant dérives transhumanistes et scènes d’extrême violence côtoyant la sensibilité humaine, une chose est sûre, ce film ne laisse aucun spectateur indemne. À la suite de cette récompense, la réalisatrice s’était alors livrée à un discours teinté d’émotion et d’engagement : « Merci au jury de reconnaître avec ce prix le besoin avide et viscéral qu’on a d’un monde plus inclusif et plus fluide, d’appeler pour plus de diversité dans nos expériences au cinéma et dans nos vies, et de laisser rentrer les monstres ».

Mais à qui faisait-elle référence à travers la qualification de « monstres » ? Aux femmes réalisatrices, peu représentées et peu récompensés dans l’industrie cinématographique ? Au genre du body horror, assez peu valorisé ? Ou bien peut-être aux deux, dont le dénominateur commun est le manque de visibilité. La palme d’or remportée par Julia Ducournau en juin 2021 à Cannes, rappelle également qu’elle est l’unique femme à l’avoir remporté à titre unique. Seule Jane Campion avait reçu la palme d’or en 1993, pour La leçon de piano mais était ex aequo avec le réalisateur Chen Kaige, pour son film Adieu ma concubine.

Si le palmarès historique de la palme d’or du festival de Cannes est quasiment entièrement masculin, il en est de même pour d’autres récompenses du cinéma. En septembre dernier, à l’occasion de la 78° édition de la Mostra de Venise, l’écrivaine et réalisatrice Audrey Diwan, a remporté le Lion d’or pour son adaptation cinématographique, du roman éponyme d’Annie Ernaux, L’évènement. On y découvre l’histoire d’une brillante étudiante qui tombe enceinte et ne souhaite pas garder l’enfant. Mais en 1963, l’interruption volontaire de grossesse est illégale. Anne va alors se retrouver confronté à l’avortement clandestin et sera en proie aux jugements moraux de ses proches.

Un récit intime qui a d’ailleurs valu à son actrice principale, Anamaria Vartolomei, le César 2022 du meilleur espoir féminin, et fait d’elle la première actrice roumaine à remporter un César. A l’image de Julia Ducournau, Audrey Diwan a souhaité exprimer au moment de sa récompense qu’elle avait « fait ce film avec colère, avec envie aussi. Je l’ai fait avec mon ventre, mes tripes, mon cœur et ma tête ». Mais là encore, si la Mostra de Venise existe depuis 1949, Audrey Diwan n’est que la sixième femme à remporter le Lion d’or du meilleur film. Elle s’inscrit ainsi dans la lignée des Lion d’or féminins, à la suite de Chloé Zhao en 2020, pour son film Nomadland qui avait également mis à l’honneur un personnage féminin.  

Et ce n’est pas le seul festival qui vient de récompenser deux années à la suite, une réalisatrice féminine. Au cours de la 79° cérémonies des Golden Globes qui s’est déroulée en janvier dernier, Jane Campion est repartie avec le double titre de meilleur film et meilleure réalisatrice pour son film The Power of the Dog. La cinéaste néo-zélandaise y dépeint les oppressions masculines, subies par une femme et son fils, au cœur du Montana au début du XX° siècle. Si les scénarios mettant à l’honneur des personnages féminins ne sont pas nouveaux, les voilà portés par des femmes réalisatrices désormais reconnues et récompensées pour leur travail.

Yona Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *