Edito #34 : Macron 2022, la mépris à payer pour la jeunesse

Edito #34 : Macron 2022, la mépris à payer pour la jeunesse

Après des mois d’efforts où nous les jeunes, avons serré nos ceintures et mis nos vies sociales entre parenthèses, quitte à avoir envie de nous jeter des fenêtres de nos 9m2, où nous avons perdu des jours si précieux, nous attendions un minimum d’aide, de gratitudes. Mais hormis des miettes, il n’en est rien. Pire encore, le prochain quinquennat s’annonce rude.

Car bien qu’il ne soit pas encore réélu, Macron a déjà prévu une guerre ouverte à la jeunesse. Le fils spirituel de Thatcher et Reagan compte bien rentrer dans sa phase « destructor ».

Il avait déjà allumé la mèche avec ses propos flous qui sous-entendaient que le prix « dérisoire » de l’enseignement supérieur et les bourses n’étaient pas des systèmes durables. S’il a rétropédalé depuis, le simple fait de tenir ces propos est purement inquiétant et montre à quel point le Président a une vision élitiste au sens pécunier, de ce que doit être l’éducation. Libéraliser encore plus l’université sera le moyen ultime de couper tout accès au savoir aux plus pauvres.

Mais ce qui a fait tout explosé ces derniers jours, c’est l’extrait vidéo dévoilé par TF1, où Macron, qui s’entretient avec Cohn-Bendit (parce que…pourquoi pas), tient des propos insensés, comme quoi travailler 35h serait « de la pipe », et que les jeunes devraient travailler 40 ou 45h. Inutile d’être mathématicien pour comprendre que 45h reviendrait pour les jeunes à faire un choix entre bosser 9h par jour et sacrifier ses week-ends.

Sérieusement à quoi joue-t-il ? Comment peut-on suggérer ça ? Imaginez juste deux minutes que vous soyez un jeune travailleur habitant à une heure et demi de votre lieu de travail et qu’on vous ajoutait 9h de travail par jour. Comment peut-on mépriser à ce point sa jeunesse. Comment peut-on déclarer plein de compassion que c’est dur d’avoir 20 ans en 2020, tout en souhaitant mettre en place des mesures qui feront que ça sera invivable d’avoir 25 ans en 2025 ?

L’argument du Président est de dire que 45h permettrait de mieux « apprendre son job en même temps ». Mais on lui dit ou pas qu’une grande partie des jeunes font un taf alimentaire de merde ? Qui a envie d’apprendre plus un job qu’il a de toute façon prévu de quitter dans les mois qui viennent ?

Le second quinquennat Macron, s’il a lieu ne sera qu’une boucherie. Fini le startupper cool. Maintenant ça sera tout le monde au boulot, et sans broncher ! Déjà sacrifié par le covid, le destin de notre génération sera celui de l’aliénation par le travail ! Fini la vie perso, on se remue le cul et on offre son corps, sa santé au grand patronat. D’ailleurs, pas besoin que Macron soit élu. Pécresse, Zemmour, Le Pen ont de toute façon des projets similaires.

Comment voulez-vous qu’on ait une once d’espoir quand la seule chose qu’on nous promet c’est travail, travail, travail. D’autant que le travail émancipatoire se fait de plus en plus rare. Combien de métiers ont réellement encore du sens. Même dans les métiers dits « à vocation » les gens sont au bout du rouleau. Des jeunes pleins d’espoir et d’entrain se rêvent médecins, professeurs, journalistes, et finissent par déchanter vite, trop vite tant on a vidé ces métiers de leur sens au profit des valeurs néo-libérales.

Macron se rêve président des jeunes mais il ne restera que celui de parcoursup, du Service National Universel, de la répression des lycéens et peut-être bientôt des 45h.

Alors traitez nous de feignasses, de chiards, de privilégiés, que sais-je. Si ça vous plait de trimer pour un mec qui connait à peine votre nom, de voir vos gosses 1h par jour, ça vous regarde. Mais laissez-nous sortir, voir des gens, passer du temps avec nos proches, nous engager politiquement ou associativement. Bref, laissez-nous être des individus, des citoyens.

Simon Bouquerel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *