Le scandale des déchets Italiens en Tunisie

Le scandale des déchets Italiens en Tunisie

C’est une affaire qui dure depuis juin 2020 : plus de 200 conteneurs remplis de déchets en provenance d’Italie sont stockés dans le port tunisien de Sousse.

Hamdi Ben Salah, journaliste indépendant tunisien et résidant de la ville portuaire, a été le premier à révéler ce scandale sur Facebook, preuves à l’appui (des photos et vidéos fournies par des employés du port).

Au départ, il était annoncé que l’Italie envoyait des déchets plastiques à destination des usines de recyclage spécialisées de l’entreprise Soriplast. Cependant, selon l’ONG Robin des bois, les conteneurs étaient en réalité remplis très majoritairement “d’ordures ménagères et de déchets hospitaliers”, dont le recyclage était donc impossible par les usines locales.

Des preuves en photo, publiées par Hamdi Ben Salah sur Facebook.

Le contrat a été passé avec une société italienne spécialisée dans la collecte et traitement des déchets et basée au sud de Naples, Sviluppo Risorse Ambientali Srl.

L’AFP a obtenu la copie d’un document prouvant encore une fois que le commerce illégal des déchets se tourne vers l’Afrique, face aux durcissement des normes européennes de traitement des déchets et aux réticences grandissantes des pays asiatiques qui ne veulent plus continuer à être la décharge des occidentaux. Ce document prévoit ainsi l’élimination de 120 000 tonnes maximum, au prix de 48 euros par tonne, soit un total dépassant les 5 millions d’euros.

L’opinion publique tunisienne s’est véritablement mobilisée et a exigé des réponses de la part de l’exécutif quand, en novembre 2020, l’émission d’investigation Les Quatre Vérités, sur la chaîne de télévision privée El-Hiwar Ettounsi a repris les accusations du journaliste et a diffusé un reportage sur ces conteneurs italiens.

Grâce au bruit causé par l’émission, une enquête judiciaire a été ouverte, toujours en cours à ce jour. 26 personnes, notamment l’ancien ministre de l’Environnement Mustapha Laroui, sont poursuivis dans le cadre de cette affaire. Il avait été limogé à la suite du reportage d’El-Hiwar Ettounsi et arrêté pour comparaître devant la justice. Le gérant de la société importatrice est, lui, en fuite, accusé de falsification et de fraude. Les autres accusés sont des hauts cadres de l’administration ou des douanes tunisiennes.

Hamdi Ben Salah craint que l’affaire ne tombe dans l’oubli, maintenant que, cinq mois après la découverte du scandale par le grand public, la colère commence à s’estomper dans la société tunisienne. Il est vrai que la diplomatie comme la justice tunisienne traînent.

En effet, le gouvernement tunisien avait préféré la voie diplomatique, pour régler ce problème à l’amiable avec les italiens. La société napolitaine ne cesse de faire des recours devant les tribunaux pour se dédouaner de toute responsabilité dans l’éventuel retour de ces déchets. Rien ne bouge donc, et surtout pas les conteneurs dans le port de Sousse.

Afef Hammami Marrakchi, professeur de droit environnemental et membre de la coalition d’associations Tunisie Verte, alerte sur le manque de transparence et de communication du gouvernement tunisien sur le sujet : les associations et militants n’ont accès qu’à un nombre très restreint d’informations.

Selon Hamdi Chebâane, expert en valorisation des déchets et membre de Tunisie Verte, le ministère de l’Environnement a subi d’importantes pressions d’hommes d’affaires ces dernières années pour permettre l’importation de déchets. Il parle de “grands lobbies de corruption” dans le pays.

Si ce scandale a eu tant d’écho dans le pays du Jasmin, c’est car le pouvoir en place ne parvient même pas à traiter les déchets de ses propres citoyens : un réseau de recyclage quasi-inexistant et des immenses décharges à ciel ouvert partout dans le pays. Heureusement, des associations luttent sur le terrain pour sensibiliser au tri sélectif et recycler ce qu’elles peuvent. 

En tout cas, les tunisiens ne veulent pas avoir à s’occuper des déchets des européens en plus des leurs. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *