Edito #27 : JDD, le sondage qui annonce le bruit des votes.

Edito #27 : JDD, le sondage qui annonce le bruit des votes.

Aujourd’hui j’ai envie de tomber dans un piège assez classique : le commentaire de sondage. Car oui, et ces dernières années nous l’ont bien montré, orienter le débat autour des différents sondages d’opinion n’est jamais quelque chose de réellement pertinent. Même en 1972 d’ailleurs, le sociologue Pierre Bourdieu (placer Bourdieu ça en jette toujours alors autant en profiter) s’était grandement montré critique envers la pertinence de ces enquêtes d’opinion dans son célèbre discours « l’opinion publique n’existe pas ».

Pourtant, hier le JDD célèbre pour ses sondages sur le bien être des villes (Pays-de-la-Loire en force !) et ses courbettes à la macronie a sorti un sondage édifiant et très préoccupant sur les scénarios de second tour à la présidentielle. En effet, il montre que ni Hidalgo, ni Jadot, ni Mélenchon ne battrait Le Pen, et ce en particulier à cause d’un électorat de droite qui préfèrerait s’abstenir ou voter Le Pen.

Les résultats de ce sondage posent problème dans deux grilles de lecture différentes.

Tout d’abord, il y la mesure où l’on considèrerait pas ce sondage comme un résultat fiable mais comme un outil électoral. Si on a beau dire « les sondages, ça ne sert à rien, il ne faut pas les prendre au sérieux », ils participent grandement à façonner le débat public. Car quoi qu’on en dise ce sondage est une aubaine pour le camp Macron (et dans une moindre mesure le camp de Xavier Bertrand). En effet, il installe l’idée que quoiqu’il arrive, il sera le seul à pouvoir battre Le Pen au second tour, touchant ainsi l’affect des gens profondément anti-FN. Ce sondage va permettre à Macron de se constituer un électorat de « vote utile », avec beaucoup de gens de gauche effrayés par le RN (à raison) qui n’hésiterons pas à voter Macron à contre-cœur.

Cette perspective est gerbante. Macron qui a pourtant mené une politique d’extrême droite sur de nombreux points va venir brandir cet argument du « rempart au RN » et venir quémander des voix à ceux qui le détestent. La macronie a d’ailleurs déjà démarré cette manœuvre en blâmant l’électorat de gauche lorsque Libération avait fait sa une sur ceux qui ne comptaient pas refaire « barrage ». La gauche est salie, muselée, réprimée depuis près de 5 ans et elle devrait gentiment graisser la pâte de son agresseur parce que les sondages ont dit « c’est ça ou le RN » ?

L’autre grille de lecture, qui pose également problème serait le fait de considérer ce sondage comme fiable. Car s’il l’est, il annonce clairement la catastrophe. La droite serait donc prête à pactiser avec l’extrême droite. Cette dernière tant utile pour demander des voix à la gauche au nom des « principes républicains ». Cette même droite qui dénonce une gauche qui aurait abandonné ses principes républicains quand elle ne se montre pas assez ferme avec l’Islam (l’Islam hein…même pas l’islamisme), mais par contre ça ne dérange pas la droite de donner le pouvoir à un parti fondé sur les ruines du collaborationisme.

Mais ces résultats sont-ils si étonnants ? Les élites, qu’elles soient pro LR ou pro LREM se foutent pas mal que le RN soit au pouvoir. Ce qui les importe, c’est de continuer de vivre dans un système qui asservit les plus pauvres et favorise les plus aisés. Et pour ça, la gauche leur est en effet plus dangereuse que le RN (même s’il y a peu de chances que Hidalgo ou Jadot changent grand-chose au système). Quant aux électeurs LR/LREM plus sur un profil « monsieur et madame tout le monde », faut-il leur en vouloir de préférer voter RN quand on assiste à une zemmourisation du débat public ? Quand un mec ultra réactionnaire comme Bolloré a la mainmise sur les médias ?

Alors, oui la gauche a pu merder sur certains aspects mais pas plus que d’autres. Si elle attire la défiance, c’est bien à cause d’habiles manœuvres politico-médiatiques visant à les faires passer pour des dangers pour la république et la démocratie. Mais en attendant, notre démocratie et notre république elle se fonde sur quoi ? Sur la liberté, l’égalité, la fraternité ? Ou sur l’ordre, la violence et la haine de l’autre ? L’extrême droite, qu’elle vienne du RN, de LR ou de LREM est tout ce qui nuit à ce qui fait la richesse de la France, cette France que tant semblent vouloir « chérir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *