Étudiants face à la crise du Covid-19: Jules Simiand Brocherie et sa plateforme “Élèves Solidaires”

Étudiants face à la crise du Covid-19: Jules Simiand Brocherie et sa plateforme “Élèves Solidaires”

Jules Simiand Brocherie, 18 ans, est aujourd’hui en première année de commerce en Bachelor à l’université IE, en Espagne. C’est alors qu’en avril dernier en pleine pandémie Covid-19, confiné chez ses parents comme tous les autres futurs bacheliers de France, que lui vient l’idée de fonder une plateforme nommée Élèves Solidaires afin d’aider élèves et étudiants en difficulté dans cette période de crise sanitaire.

Terminale ES au lycée Sainte-Croix de Neuilly, c’est en regardant les informations que Jules prend conscience du nombre important d’élèves en détresse. En effet à ce moment même, le Ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, Jean-Michel Blanquer, annonce que près de 5% à 7% d’élèves en France sont sujets à un décrochage scolaire. Si Jules a eu de la chance de ne pas être dans ce cas là, il n’empêche que, pour lui, la situation est anormale. En tant que citoyen, il trouve ce rôle tout à fait normal dans ce contexte de crise inédite et décide d’agir: «je ne savais pas vraiment dans quoi je me lançais mais je savais qu’en créant la plateforme cela permettrait de faire interagir les élèves et les étudiants entre eux».

Il se rend alors compte que certains élèves, dans des établissements privilégiés, obtiennent des suivis scolaires alors que d’autres n’ont pas assez de ressources et de moyens pour y parvenir, notamment à cause de la fracture numérique qui s’impose. «pourquoi un élève aurait-il le droit à un suivi et pas un autre?» 

Grâce à Élèves Solidaires, étudiants et élèves peuvent alors s’entraider. La plateforme en ligne contient trois rubriques principales: la première rubrique permet de partager et d’échanger des fiches de cours ou de révision, des devoirs écrits et autres ressources ; la seconde rubrique se nomme forum et permet de poser librement des questions. Jules nous confie d’ailleurs que, «en ce moment le forum est beaucoup orienté sur des questions d’orientations et d’aide psychologique». Enfin la dernière rubrique, est un chat qui permet aux adhérents de se parler en privé et d’échanger en «one to one», le but étant de «rendre les adhérents autonomes sur la plateforme». Les élèves peuvent alors créer un lien social, difficile à maintenir sans les cours dans l’établissement. 

page d’accueil de la plateforme Élève Solidaires

«Je ne suis pas un étudiant lambda», dit Jules. Effectivement, il n’est pas toujours facile de commencer une carrière d’entreprenariat lorsqu’on est jeune et étudiant. Pour lui, il n’est pas toujours possible de profiter comme chacun de son temps libre, en voyant ses amis. Sa clé pour jongler entre le management de la plateforme et ses études : l’organisation. Jules consacre la moitié de ses journées à la gestion de la plateforme. Ce qu’il suit comme il nous dit c’est un «management précis». C’est-à-dire en plus d’une organisation minutieuse, avoir un maximum de clarté dans les messages à transmettre à ces collaborateurs afin de ne pas perdre du temps inutilement. En effet, s’ il a commencé seul, il est maintenant entouré de bénévoles et professionnels. 

La plateforme Élèves Solidaires porte ses fruits et est même en train de se développer et de mettre en place de nouvelles collaborations, notamment avec l’académie de Versailles, ainsi qu’avec la plateforme de devoirs Pronotes, voire même prochainement avec le Ministère de l’Éducation Nationale.

Bien qu’actuellement étudiant en Espagne, où les restrictions face à la crise Covid-19 sont moins strictes, il s’est tout de même rendu compte de l’impact et de la nécessité de venir en aide aux étudiants. Au sujet des étudiants, que Jules qualifie d’ailleurs comme les «oubliés de cette crise», il évoque les mesures contradictoires et confuses du gouvernement. En effet, comme il dit: «Nous pouvons mettre 200 personnes collées dans un avion, mais par contre pas 200 étudiants, bien espacés, dans un amphithéâtre». La crise sanitaire a créé un isolement profond chez la plupart des étudiants et une grosse rupture au niveau du lien social «le lien le plus important lorsqu’on est étudiant. Il fallait donc agir»

Lien vers la plateforme : https://www.elevessolidaires.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *