Un regroupement pour une société idéale : partager et s’écouter

Un regroupement pour une société idéale : partager et s’écouter

photo : Moisés Pindi« Ecoute », « partage », « échange », « ensemble », « égalité ». Ces mots, je l’espère, mettent tout le monde d’accord. Mais avez-vous déjà vécu ces mots ? Pas seulement lors de la lecture d’une citation, où vous vous êtes ensuite dit qu’il fallait arrêter les comptes « le Saviez-vous ? ». Non, je veux dire réfléchir à plusieurs, entendre les témoignages de chacun, débattre, rencontrer, et en arriver à la conclusion évidente que ces valeurs doivent être le mot d’ordre de l’Humanité.

Voici donc un petit témoignage : trois jours d’aperçu du plus positif de l’humain. Il ne s’agit pas de présenter un événement, mais plutôt l’expérience que cela a été.

Le mouvement ATD Quart Monde*, regroupait cette année ses groupes jeunes de France. Mais ATD n’était pas seul ! Accompagné du Centre socio-culturel des 3 Cités de Poitiers, du Refuge Ile-deFrance, et de tous les bénévoles et organisateurs, plus de 200 personnes ont eu l’occasion de se rencontrer et de parler autour de la société idéale.

Premier jour, je me réveille. A peine arrivée au petit déjeuner que j’ai déjà envie de connaître tout le monde. Dans ce rassemblement, toutes les classes sociales sont représentées, il y a une diversité d’ethnie, de genres, et évidemment de caractère et de parcours de vie. Chacun vient avec sa complexité, son histoire, alors comment ne pas avoir soif de découvrir les spécificités de chacun ? Vingts minutes et quelques rencontres plus tard, le petit déjeuner est fini. On passe à la suite.

L’après-midi (je commence par quand je veux, c’est mon article). Donc, l’après-midi je disais, était réservée à des ateliers. J’ai pu discuter pluri-culturalité, philosophie. J’ai pu fabriquer des éponges à partir de chaussettes, j’ai pu prendre des photos avec la technique « Stenopé », ou encore faire un court-métrage avec une table magique (une folle histoire). En fait, c’était une autre occasion de rencontrer. Découvrir des choses en découvrant des gens ! Tous les jours deux ateliers, donc tous les jours deux découvertes.

photos : Moisés Pindi

Le matin était un moment très particulier. C’était le moment des « forums ». Ces petits groupes de paroles nous suivent pendant les trois jours. Je suis dans le groupe numéro 14. Un groupe de sept avec trois hommes, deux femmes, et deux animatrices de forum. Sept personnes qui se retrouvent trois matinées, pour témoigner. Au menu, une question par jour pour réfléchir aux qualités humaines d’une société idéale. « Dans quelle situation ne me suis-je pas senti.e écouté.e, pris.e en compte ? » ; « Dans quelle situation me suis-je senti.e écouté.e, pris.e en compte ? » ; et enfin, « Qu’est-ce qui a changé entre ces deux situations ? ». Chaque matin, nous étions réuni.e.s au même endroit pour témoigner sur notre vie, nos expériences. Ce rendez-vous quotidien a des airs de tradition. On a discuté école, famille, amitié, et redéfinis tous ensemble ce qu’était l’écoute, le partage, l’échange. Le plus intéressant de ces échanges était évidemment le contenu des échanges. Mais je ne peux bien sûr pas les retranscrire puisqu’elles ont été confiées dans un contexte particulier.

Mais finalement, j’en ressors avec quoi ? Avec de l’humanité pleins les yeux. J’ai été heureuse d’assister à l’ouverture aux autres de gens qui n’en ont pas l’habitude. J’ai été heureuse de voir la solidarité naître dans des yeux qui ne l’avaient jamais connu. Ou encore de voir qu’on pouvait construire quelque chose de collectif et de beau, malgré nos différences (qui sont parfois énormes).

Mais pour pouvoir transmettre ces heures précieuses, voici un slam, écrit par mon groupe le dernier jour, pour que toutes les personnes qui n’ont pas pu être là puissent comprendre :

Je te donne l’énergie, la force de croire, la confiance en toi et dans les autres et tout ce qui peut te grandir.
Je te donne mes biceps pour escalader le mur barbelé de l’administration française.
Je te donne les bonjours du château, le goût du repas, le sourire de Sekou quand il danse et son bonjour impeccable, le calme de chaque matin, la fraîcheur des arbres.
Je te donne le claquement de nos slams, les battements des tamtams, le souffle des clarinettes, la chaleur du feu et le crépitement des flammes tous les soirs.
La joie d’être rassemblé autour du feu.
Je te montre le tableau multicoloré par le génie de Nasty avec les noms dédicacés.
Je te fais écouter les témoignages de vie de ceux qui ont traversé l’océan et la douleur : « Je viens de K-mer, parfois la vie me rend amère, une pensée pour mon pote resté dans la mer ».
Je te fais ressentir la fatigue de nos nuits blanches passées à chanter « On est venus tout niquer, le rap ça vient du 86 », à danser, à ambiancer le public.
Je t’électrise de la joie du podium et du public.
Je te donne l’écho de la voix de Michel quand il nous appelle « A table » avec le mégaphone : « 1, 2, 3, 4… 5, 6, 7, 8 Montre moi ton cuisinier ! Qu’est-ce que c’est qu’un cuisinier ? »
Je te donne mon savoir-faire de constructeur de nid de drôle d’oiseau.
Je te transmets la force de nous battre ensemble comme une seule femme, comme un seul homme.
Nous, les sans-voix, avec ATD Quart Monde, le groupe 14, avce toi, avec Etienne, avec Stéphane, avec Maéva, avce M3Q, avec Yasmine, avec Laureen, avec tous nos potes, tous nos frères, on te dit « Yes we can », on te dit « Demain nous appartient ».
On te dit « Yes we can », on te dit « Demain nous appartient »…

*ATD Quart Monde : ce mouvement lutte contre la misère en se basant sur les témoignages de ceux qui vivent des situations de précarité. Pour ce faire, le mouvement agit sur différentes actions, dont la créations de groupes jeunes qui luttent ensemble contre la misère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *