Les Personnages – Fragments de vie #8

Les Personnages – Fragments de vie #8

Mes personnages se sont échappés des pages. Ils m’ont quittée. Ils se sont barrés, ils ont pris leurs valises. Ils ont pris leurs cliques et leurs claques, ont claqué la porte. Clap de fin, et c’est comme une claque.

Ça met un coup quand ton inspiration se tire, quand tu n’arrives plus à écrire. Et c’est ça pour tout. Mes dessins aussi ont décidé de partir en voyage. Ça me rend triste quand je regarde un croquis et que je réalise que la page était bien plus belle blanche. Mon crayon m’échappe, mes mines se brisent. Refus d’avancer. Je commence à perdre pied. Tout tourne et tombe. Même ma voix s’y met, elle s’éraille elle déraille, et mes poumons manquent d’air, et les octaves s’écroulent. J’ai la sensation que ces deux années avec Rachel n’ont servi à rien. J’ai dévoilé mon âme devant cette femme, j’ai tout fait pour y croire, elle m’a poussée vers le haut, et quand je la reverrai elle sera déçue. Déception. Quel mot déprimant et dévastateur. Dé, dé, dé, dé. J’ai envie de hurler.

‘’C’est comme être enfermé dans.. une boîte sans lumière. Dans laquelle le temps s’arrête. C’est comme être dans les limbes en fait. Tu peux plus aller en avant, plus aller en arrière, tu peux plus aller dans.. dans aucune direction, t’es complètement bloqué. A l’arrêt, en panne. T’as les pieds dans le ciment.‘’ -Requin tigre, FAUVE

Fauve. Je sais pas si écouter ça me sauve ou me perd encore plus.

Alors je me réfugie dans les instruments. Jouer d’un instrument, je n’ai pas besoin d’un don, j’ai uniquement besoin de technique. C’est tout. Pas de la basse, je suis pas d’humeur pour la basse.
Du piano. Juste du piano.

A l’aide.

Même là, c’est la perte, la fin, la douleur. Mes mains ne se coordonnent pas. Plus vite, celle-ci. Non, pas cette note là !

Hurlement de frustration face au piano. Larmes. Larmes ! A quel point suis-je assez désespérée pour laisser s’effondrer mes barrières ? J’ai mal. Je ne veux pas continuer à mal écrire, à mal dessiner, à mal chanter, à jouer les mêmes, les mêmes mélodies, à rester BLOQUÉE, SANS PROGRESSER, SANS AVANCER, A RESTER TOUJOURS AU MÊME STADE, J’EN PEUX PLUS, JE N’EN PEUX PLUS. JE. N’EN. PEUX. PLUS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *