Edito #4 : Foot, Paris…et en même temps c’était pas drôle

Edito #4 : Foot, Paris…et en même temps c’était pas drôle

Mercredi dernier, et une fois de plus, le Paris Saint-Germain a raté le quart. Non pas à cause des grèves et de l’absence de bus mais plutôt de l’absence de buts. Bon OK, je suis en roue libre niveau jeux de mots, je vais peut-être arrêter au risque de devenir aussi lourd que les jambes de Thilo Kherer mercredi soir.

Car oui ! Deux ans après la remontada du Camp Nou, le Paris-Saint-Germain s’est de nouveau fait éliminer en 8e de finale de la Ligue des Champions (alors qu’ils avaient gagné 2-0 au match aller). Les parisiens ont été sortis par une valeureuse équipe de Manchester United (3-1) … Non je déconne les mancuniens ont été tout pourris mais le PSG avait visiblement décidé d’adopter la technique dite « du match de merde », c’est-à-dire un subtil mélange entre erreur défensive dès la 2e minute, une boulette de gardien, et un pénalty à la con, concédé à la dernière minute, le tout pour permettre au téléspectateur de passer une soirée délicieuse à rager dans son canapé, et à se demander si l’homme qui vient de louper l’occasion du siècle était vraiment celui qui nous avait apporté notre deuxième étoile (#Mbappé où était tu ?)

Enfin bref, comme chaque année on se disait que cette année c’était la bonne, qu’on avait enfin tiré les leçons des années passées. Et portant non, toujours cette fragilité mentale, ce surplus de confiance que les parisiens n’ont rien à envier aux belges à la coupe du monde (#seum).

On se demande toujours comment une équipe composée de Mbappé, Marquinhos, Neymar (enfin quand il a une cheville), etc. n’arrive par à passer les 8e de finale de la Ligue des Champions, quand dans le même temps le Stade Rennais FC (qui est quand même au football français ce que François Bayrou est à la politique française) arrive à battre Arsenal 3-1. La non rationalité de notre monde m’étonnera toujours.

En tout cas, ce match aura permis une fois de plus aux supporters de Marseille de se trouver un club de cœur pendant 90 minutes et de se sentir (un peu) mancuniens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *